www.albifun.fr le site officiel des supporters du Sporting Club Albigeois, Club de rugby de ProD2


Aller au contenu

Lyon - Albi

Matchs > Matchs retour


LOU 25--- SCA 12


Souvent pris de vitesse malgré son gros pack Albi n'a pas pu développer son jeu



A Lyon tout était prêt ...


Les "Bling Bling Brothers" la saison prochaine en top 14 ce sera probablement le smoking !



La moitié des pom pom girls était du voyage


En compagnie de Blachu ...



Une grosse colonie Albigeoise a mis l'ambiance dans leur petit stade


Oh t'as de beaux yeux tu sais ?



Le compte rendu de TarnXV


Au bal des prétendants



Lyon Olympique Universitaire – SC Albi, c’’était l’affiche du weekend opposant le leader de la PRO D2 à son dauphin à cinq journées de la fin du championnat. Jusque là, seules ces deux équipes ont occupé la première place du classement, au point que la rencontre d’aujourd’hui constituait une véritable finale avant l’heure pour la montée directe en TOP 14. Si les Lyonnais ont affiché très tôt leur volonté de retrouver l’élite et étaient attendus à ce stade de la compétition, les ambitions Albigeoises n’étaient quant-à-elles pas forcément celles-là cette année mais l’appétit vient en mangeant ... Quoiqu’il en soit cette vingt-sixième journée marquera bel et bien un tournant dans la saison d’autant que les principaux poursuivants viennent tous de s’imposer et même à l’extérieur pour deux d’entre eux, Grenoble et Mont de Marsan.

Entre Albi et Lyon, tout oppose les deux villes, les deux équipes, leurs entraîneurs, leurs supporters … Déjà le poids économique de la troisième ville de France n’a bien évidemment rien à voir avec celui de la cent-vingt-neuvième. Les sponsors maillots étaient d’ailleurs là pour nous le rappeler. Ainsi deux grandes firmes nationales dont une bien connue du Président Albigeois floquaient la tenue des Rhône-Alpins quand s’inscrivait sur celle des Midi-Pyrénéens le nom d’une PME locale.

D’un côté, le projet sportif s’appuie sur une cohorte de joueurs venant des quatre coins de la planète attirés avec de l’argent quand de l’autre on n’a pas d’autre choix que de faire confiance à des joueurs issus de la formation française. Pour les premiers cités la PRO D2 est devenue un bourbier quand ce n’est pas un mouroir alors que pour les seconds elle serait au contraire une succursale. Les enjeux ne sont évidemment pas les mêmes entre les uns condamnés à réussir et les autres qui s’accrochent et veulent encore croire aux valeurs ancestrales du rugby. Le public y est aussi différent et à vrai dire il y a aujourd’hui un monde d’écart entre ces deux modèles. Et même si l’habit ne fait pas le moine, la tenue décontractée des Bacca et Broncan détonne avec le chic de celle des Lazerges et Saint-André.

Le rugby de France est aussi devenu comme à Lyon cosmopolite et nos arbitres bilingues. Monsieur Péchambert, excellent, s’adressa au début aux joueurs dans la langue de Shakespeare mais pas toujours comprise des hommes de Vincent Clément si l’on en croit la grande indiscipline dont ils firent preuve durant la première mi-temps. Pour une faute Lyonnaise il y avait trois fautes commises par des Albigeois crispés et dans l’incapacité de profiter de l’avantage du vent. Dès la deuxième minute, les Tarnais se mettent en position de hors jeu. Pierre Yves Montagnat en profite pour ouvrir le score d’une quinzaine de mètres en face des poteaux, 3 à 0 (2’).

Mais Albi ne tarde pas à réagir, bien sûr par sa mêlée. Bogdan Balan est déjà en souffrance face à Martin Gady. Le pilier Roumain s’efface et concède la pénalité. Frédéric Manca égalise, 3 à 3 (6’). Deux packs rugueux face à face, la mêlée suivante s’écroule, Monsieur Péchambert sanctionne maintenant le SCA. Lee Thomas d’un peu plus loin ajoute trois points et remet le LOU devant, 6 à 3 (11’).

Derrière, aucune des deux équipes ne se livre vraiment. Il n’y a pas non plus de véritable domination territoriale de l’une ou de l’autre. La phase d’observation se prolonge. On s’empresse de rendre la balle à l’adversaire et les quelques initiatives individuelles sont pour l’instant totalement improductives. Finalement, comme les cinq mille spectateurs de Vuillermet, on s’ennuie. L’enjeu inhibe peut-être les acteurs.

Au près, la bataille est âpre et tout se passe dans le petit périmètre. La première prise de risque est l’œuvre de Sofiane Guitoune mais mal lui en prit. Sa passe au pied pour Dave Vainqueur est contrée. James Bailey qui passait par là faillit filer à l’essai. Albi s’en tirera à nouveau grâce à sa mêlée, grande satisfaction de l’après-midi. Et décidément l’heure n’est toujours pas à la construction ni même d'ailleurs aux amabilités !

Balan perd ses appuis dans le regroupement et tombe dans le camp Tarnais. Maxime Carabignac ouvre pour Sofiane Guitoune qui choisit d’aller défier la défense adverse. Il sera châtié à la limite de la régularité par Wakanivuga, s’en suivra un accrochage au sol entre les deux. Monsieur Péchambert, pas vraiment aidé par son assesseur, les exclut dix minutes du terrain (24’). Le jeu reprend par une mêlée avec introduction pour le LOU mais Florent Fourcade se ressent d’une douleur aux ischio jambiers et doit déjà céder sa place à Yohann Misse. Brice Salobert sous pression fait un en avant que le même assesseur ne voit pas, Albi se met à la faute. Lyon va chercher la touche et sur la prise de balle le maul avance en ballon porté. Le capitaine Albigeois l’écroule, Pierre Yves Montagnat rate la cible sur pénalité (28’).

Le SCA reprend l’initiative par l’intermédiaire de ses avants et de Frédéric Manca dans le rôle du distributeur. La passe au pied à destination de Thomas Fournil et Dave Vainqueur était certainement gagnante mais l’assesseur de Monsieur Péchambert s’est entre temps réveillé et a vu un départ des deux flèches Albigeoises en position de hors jeu (28’). Du coup, c’est une pénalité en faveur du LOU qui va chercher la touche mais qui perd Xavier Sadourny car son entorse récente à la cheville l’handicape. Comme sur la précédente touche, le maul se forme, avance jusqu’à ce que Martin Gady l’effondre. Du même endroit, Montagnat convertit cette fois-ci la pénalité, 9 à 3 (29’).

Sur le renvoi, Short se place en opposition devant son récupérateur Balan. La protection illicite est de suite sanctionnée. Frédéric Manca réduit le score, 6 à 9 (32’). Guitoune et Wakanivuga reviennent sur le terrain après avoir purgé leur suspension. Le centre Fidjien se met tout de suite en évidence en perforant le premier rideau (35’). Après un passage au sol, l’action repart petit côté. Dave Vainqueur est à deux doigts d’intercepter le ballon. Il y a toujours autant d’engagement et Laurent Baluc-Rittener baisse à son tour pavillon, touché à une cheville. François Tisseau le remplace mais le SCA vient de perdre coup sur coup ses deux flankers et deux pièces maîtresses du pack. Au prix d’une débauche d’efforts de tous les instants, Albi est toujours dans la partie au moment d’atteindre le repos mais les Tarnais ont surtout payé un lourd tribut.

Mi-temps : 9 à 6 en faveur du LOU.

Malgré le contexte guère peu favorable, les Albigeois ne capitulent pas et jouent leur va-tout. Ils mettent les locaux en position de hors jeu sur la première attaque. Frédéric Manca égalise à 9 partout (42’). La tension est montée d’un cran et les Lyonnais sont de plus en plus crispés. En bout de ligne, Sofiane Guitoune est maintenant au contre et à la course avec Dave Vainqueur pour récupérer le ballon. Le rebond ne sera pas favorable aux joueurs jaunes et noirs pourtant en avance sur leurs poursuivants. Brice Salobert en repli sauve son camp et la capitale des Gaules (43’). A l’initiative des Albigeois, l’épreuve de force continue mais les mauls sont bien contrés et Lyon est petit à petit en train de gagner la bataille du centre. Bailey perce plein champ et le plaqueur Albigeois ne se sort pas. Montagnat redonne l’avantage à Lyon, 12 à 9 (47’).

Fiard remplace Balan. Les Albigeois insistent devant et viennent mourir à cinq mètres de la ligne d’essai. Le LOU est à la faute, Manca essuie un échec sur sa tentative de pénalité (50’). Albi monopolise le ballon, Romain Sola entre à la place de Thomas Fournil. Maxime Carabignac dynamise bien le jeu et dans le petit côté lance Dave Vainqueur dans un grand numéro (52’). Le LOU est tout heureux de faire la course en tête. Mieux, il va porter son avance à neuf points grâce à deux nouvelles pénalités de Lee Thomas (56’ et 58’). En deux minutes, le match a basculé sur deux fautes idiotes des Albigeois, un ballon conservé au sol par Manca alors que Misse était au soutien, et un hors jeu de Pierre Correia au ras d’un regroupement dans le camp Lyonnais.

Albi change toute sa première ligne (59’). Entre temps Lyon avait fait entrer Gambetta à la place de Manta (53’). Frédéric Manca est plaqué sans ballon et va chercher la pénal touche (64’). Le LOU se met à la faute plutôt que de concéder un essai. Nouveau ballon porté des Albigeois près de la ligne, Olivier Nauroy s’accroche avec Paul Guffroy. Le deuxième ligne Tarnais, excellent jusque là, manque de sérénité et se fait prendre par l’assesseur de Monsieur Péchambert, le même qui avait déjà sévi en première période. C’est le deuxième tournant de la rencontre même si Manca parvient à remettre le SCA dans les points du bonus défensif en passant une nouvelle pénalité (69’). Albi a tellement donné qu’en infériorité numérique, le deuxième centre Fidjien Sukanaveita perce au centre du terrain et sert Romanet qui inscrit l’essai scellant la victoire du LOU (74’).

Score final : 25 à 12 en faveur de Lyon.

Lyon a beaucoup souffert et pourrait bien encore devoir ferrailler jusqu’au match contre la Section Paloise pour décrocher le titre. Grenoble, le nouveau dauphin et prétendant, est à l’affût, à sept points, avec un calendrier favorable jusqu’à l’avant dernière journée. Mais Albi peut avoir des regrets car le Lyon d’aujourd’hui était largement prenable. Les Albigeois auront été de beaux challengers et pouvaient certainement espérer un meilleur résultat si leurs centres avaient été dans un meilleur jour et si l’équipe avait été un peu plus disciplinée. Pour autant, Vincent Clément et ses hommes ne perdent pas le titre sur cette rencontre … Maintenant le SCA dispose d’un peu plus d’un mois pour préparer la phase finale et consolider une deuxième ou troisième place synonyme de demi finale à domicile. Pourquoi pas à Aurillac, à l’occasion des retrouvailles familiales entre le père et le fils Broncan ? Quant au LOU, il ira dès samedi prochain chasser sur les terres de l’Ours Tarbais, et pas si sûr qu’on le reçoive là-bas la fleur au fusil !

La composition de départ du SC Albi.- 1. Corréia, 2. Saby, 3. Gady - 4. Guffroy, 5. Van der Westhuyzen - 6. Fourcade, 7. Baluc-Rittener, 8.Clément - 9. Carabignac, 10. Fournil - 11. Vainqueur, 12. Denêtre, 13.Guitoune, 14. Palis - 15. Manca.

Remplaçants : Ponnau, Frize, Prime, Tisseau, Misse, Pagès, Sola, Bowker.




Entrée des joueurs pour la petite finale



Laurent au contact un peu avant sa sortie sur blessure



Un vent tourbillonant



Pour Florent ça avait l'air sérieux




Mouais .... vous n'êtes pas encore débarrassé du SCA !



Heureusement dans le bus du retour Patrick avait une bouteille de "Rikiki" ça me fait penser à quelque chose ...


MONSIEUR FERNAND : Sans être franchement malhonnête, aux premiers abords, comme ça, il ... A l'air
assez curieux.
MAITRE FOLACE :Il date du Mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a du arrêter la
fabrication, y'a des clients qui devenaient aveugles. Oh, ça faisait des histoires.





Page d'accueil | Matchs | Supporters | Se distraire | Actu du SCA | Archives | Forum et Tchat | Liens | Plan du site


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire | albifun@albifun.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu