www.albifun.fr le site officiel des supporters du Sporting Club Albigeois, Club de rugby de ProD2


Aller au contenu

Auch Albi

Matchs > Matchs amicaux


AUCH 16 --- ALBI 15






Le compte rendu de TarnXV



LE SCA BUTE SUR LE MUR DE GASCOGNE : un point c’est tout !

Dans la fournaise Gersoise d’un soir d’été, il régnait une drôle d’ambiance, étouffante même. Il n’y avait pas un brin d’air, peut-être était-ce dû aux derniers rayons d’un soleil encore ardent sur les coups de vingt heures mais pas seulement !

Toute la semaine, les tracasseries liées aux décisions de blocage de licences par la DNACG ont aussi chaque jour fait grimper un peu plus le thermomètre ainsi que les enchères des divers protagonistes. Dans l’entourage du SCA, et à une semaine de l’ouverture du Championnat, la tension était bien palpable. Et même si les hommes sont restés certes dignes, il y a des images qui ne trompent pas. Dès la fin du match, on vit le président Bernard Archilla et Henry Broncan se croiser à peine du regard, comme s’ils s’évitaient ou s’ignoraient. Les événements récents ont manifestement écornés ou distendues leurs bonnes relations.

A l’ombre de Provale, il doit actuellement y faire meilleur car on y vient s’y ressourcer et prendre des conseils. Sylvain Derœux en maître des lieux, pousserait depuis quelques semaines les joueurs du SCA à ne pas accepter une baisse de 5% des salaires. Chacun sa stratégie … mais ne nous y méprenons pas, « les conseilleurs ne sont pas les payeurs ».

Depuis, notre admirable homme de Mirande s’est volontairement mis à l’écart des dernières négociations. Agacé, l’ancien professeur vient même de siffler la fin de la récréation et appeler ses hommes au travail. Le résultat du dernier match lui donne raison même si le bilan négatif qu’il en tire à chaud n’est certainement pas partagé par tout le monde. Les Gersois étaient bien évidemment comblés par le dénouement de la partie mais ils savent bien aussi qu’ils ont su grandement profiter des erreurs et des maladresses de leurs adversaires et qu’ils ne peuvent s’appuyer ou se satisfaire de leur propre production.

Il est vrai que les Albigeois eurent la main mise sur le ballon. Mais leur domination est restée trop stérile en raison notamment d’un jeu au pied approximatif voire défaillant. Par deux fois (4’ et 18’), Romain Sola est allé chercher en vain la touche sur pénalité. Sans réussite, comme à la deuxième minute où il manque le drop en moyenne position. Son vis-à-vis Pierre-Alexandre DUT, transfuge du FC Grenoble, ne fut guère plus adroit dans cet exercice (7’).

Sofiane Guitoune, repositionné à l’arrière, fut aussi malheureux sur ses relances et pesa moins qu’à l’accoutumée sur la partie, d’autant que son jeu au pied n’est pas sa force. A cela s’ajoutèrent des difficultés de transmissions avec et entre les deux centres (Tim Bowker et John Stewart), et leur entêtement à aller défier la défense fut totalement improductif. Pourtant Maxime Carabignac ne fut pas avare de ballons pour sa ligne de trois-quarts.

Au bout du compte, les deux ailiers, Dave Vainqueur et Baptise Hecker ont dû en tout et pour tout jouer trois ballons en quarante minutes. Si on avait aperçu une esquisse d’un jeu de mouvement lors des précédentes sorties, aujourd’hui, ce n’était plus d’actualité. Les charges plus que limites de vaillants Gersois sur Romain Sola n’y sont certainement pas étrangères.

Sans aucun doute, il aurait fallu pouvoir étirer cette défense compacte et souvent en position de hors jeu. Les jaunes et noirs étaient attendus au près par des Auscitains qui n’avaient pas énormément à proposer si ce n’est cette âme de guerriers si chère habituellement à nos couleurs et d’œuvrer brillamment en contre. Sur l’un d’eux, ils ne furent d’ailleurs, en ballon porté, pas très loin de concrétiser la seule occasion d’essai de la première période (28’).

Sans la qualité des deux buteurs, le score aurait été vierge comme au match précédent entre Tarbes et Colomiers où le compteur ne se débloqua qu’à l’heure de jeu (score final : 15 à 0 pour le TPR). Avec 75% de réussite, Pierre-Alexandre Dut inscrivit trois pénalités (21’, 36’, 39’) sur quatre tentatives et Romain Sola fit durant ce premier acte un probant deux sur deux (13’ et 35’).

Le FC Auch comptait donc trois points d’avance à la pause et il le devait à son pack qui s’était finalement requinqué sur la dernière mêlée, obligeant les Albigeois à se relever. Mi-temps : 9 à 6 en faveur du FC Auch.

En deuxième période, Albi changea ses hommes à l’exception de Sola, Vainqueur et Guitoune, invités à rempiler. Le choix de Broncan fut en vérité dicté par le risque de non homologation de certaines licences pour le début de championnat de PRO D2 le 28 août. Là, n’est pas le souci de son homologue Gersois. Grégory Patat avait quant à lui volontairement réduit son groupe à vingt-cinq joueurs afin de préparer la prochaine réception de Carcassonne avec l’équipe type.

Quoi qu’il en soit, ça ne changea rien dans la physionomie de la rencontre. Les Albigeois conservèrent la plupart du temps l’initiative du jeu ; Sébastien PAGES jouant peut-être un peu plus avec ses avants et tentant un peu plus des départs au ras des regroupements.

Puis ce fut au tour des Gersois d’être plus indisciplinés. Romain Sola en profita pour égaliser à 9 partout (45’). Dans la foulée, Albi obtint une nouvelle pénalité (47’)’. Sola trouva cette fois-ci la touche à une dizaine de mètres de l’en-but mais un manque d’application sur le lancer annihila l’action. La mêlée Albigeoise continua son travail de sape et finit par mettre au supplice sa rivale. Frédéric Manca des 22 mètres en coin prit le relais de Sola et porta la marque à 12 à 9 (50’), puis 15 à 9 (66’).

En face la réussite sur pénalité fuit Pierre-Alexandre Dut (52’) et le SCA prit le dessus également en touche, gagnant deux ballons sur lancers adverses. A moins d’un quart d’heure du terme, les Auscitains accusaient enfin le coup et écopaient d’un carton jaune pour leur indiscipline et leurs fautes répétées en entrée de mêlée (66’).

Dans les travées du Stade Jacques Fouroux, on ne donnait alors plus très cher des chances des locaux de revenir au score, d’autant qu’un maul porté Albigeois balayait tout sur son passage. Sauf que Monsieur Palascios y mettra un terme pour une raison que lui seul connait mais surtout sanctionnera d’un carton jaune Laurent Baluc Rittener (70’). Y-a-t-il eu compensation ou le troisième ligne Albigeois a répondu à une provocation et tenté de se faire justice lui-même ?

En vérité, le match n’a eu d’amical que le nom. Les Auscitains ont parfois durci le jeu et les noms d’oiseaux en direction des visiteurs fusèrent des gradins en fin de rencontre. Albi lança une dernière attaque par ses avants, Auch recula et sembla en perdition mais on retardât la libération et on s’en mêla les pinceaux (75’). Finalement le SCA dut battre en retraite et concéda une pénalité à deux minutes de la fin. Les Auscitains allèrent chercher la touche et au prix d’un ultime effort de leur pack Mickael Nérocan inscrivit l’essai de la victoire. Score final : 16 à 15 en faveur d’Auch.

La victoire des Gersois est somme toute très anecdotique. Toutefois elle nous semble représentative dans la manière dont les Albigeois seront reçus par leurs hôtes durant la saison à venir. Nombreux sont ceux qui rêvent de s’offrir le scalp de l’équipe descendant du TOP 14 !

Autrement il est aussi vrai que les Albigeois ne purent jamais franchir le mur de Gascogne et que le mérite en revient aux Auscitains . Ils ne trouvèrent jamais la solution mais en son temps déjà Montaigne l’avait écrit : « le Gascon y arrive si le Français n’y peut aller » alors l’Albigeois …

Composition du SCA en première mi-temps : Gady, Ponnau, Correia, Correa, Tisseau, Misse, Clément (capitaine), Marut, Carabignac, Sola, Vainqueur, Bowker, Stewart, Hecker, Guitoune.
Sont entrés en jeu : Prime, Frize, Lafoy, Saby, Guffroy, Van Der Westuysen, Vervoort, Baluc Rittener, Fourcade, Galinier, Pages, Fournil, Denêtre, Andreu, Voretamaya, Manca.









Page d'accueil | Matchs | Supporters | Se distraire | Actu du SCA | Archives | Forum et Tchat | Liens | Plan du site


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire | albifun@albifun.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu