www.albifun.fr le site officiel des supporters du Sporting Club Albigeois, Club de rugby de ProD2


Aller au contenu

Albi - Grenoble

Matchs > Matchs retour


SCA 16--- FCG 16



A l'issue d'un match indécis, Albi concède le nul sur sa pelouse,
on peut avoir quelques regrets car c'était vraiment le jour pour prendre des points et revenir vers Lyon



Un match sous un soleil radieux ... Enfin !



Capitaine concentré



Bonne prise en touche des Grenoblois



Chacun son tour



Johan Dalla Riva le Tarnais de Grenoble semble voler ...



L'essai de Michel Denetre



Flexion, Touchez, Stop, Entrez ! ...



Fred Manca encerclé !



Geoffrey Palis notre petit lutin génial



Dave Vainqueur il s'en est fallu de si peu...



Pierre Saby, son maillot ensanglanté et son casque en témoignage de son engagement



Henry Broncan voit s'éloigner un peu plus la montée directe



Les autres photos photos
d'Alain Jamans



Le compte rendu de Tarn XV


Peine perdue …



Après avoir retrouvé des couleurs et son jeu la semaine précédente contre Bègles-Bordeaux et à la faveur de la chute du Lyon Olympique Universitaire samedi soir en terre Auscitaine, les Albigeois avaient tout d’un coup repris du poil de la bête. Avec le soutien du public, il s’agissait maintenant d’envoyer un message fort aux adversaires, au point qu’Henry Broncan aurait même déclaré : « Cela va être le délire en tribune Est ! ». Des ambitions retrouvées, à peine contrecarrer par la prudence des propos de son homologue Jean-Christophe Bacca, qui s’inquiétait lui de voir le SCA ne pas pouvoir vaincre le signe indien et de gâcher une nouvelle belle occasion de revenir dans les pas du LOU ou tout au moins d’assurer une demi-finale à domicile.

En face, les Grenoblois ne l’entendaient bien évidemment pas de cette oreille, eux qui sortaient de deux matchs nuls, l’un contre Lyon à domicile (12-12) et l’autre à Colomiers (22-22). Le second avait même été vécu par les hommes de Fabrice Landreau comme une véritable contre-performance et on n’avait pas hésité à dépêcher l’ancien Albigeois Blair Stewart pour le rappeler dans le journal du coin quelques heures avant le début des hostilités : « Quoi qu’il en soit nous venons dans le Tarn pour faire un résultat ! »

Les derniers événements avaient donc relancé les espoirs d’accession directe en TOP 14 du SCA. Etait-ce cet enjeu ? Toujours est-il que les Albigeois débutèrent la rencontre pied au plancher sous un soleil radieux et des conditions de jeu excellentes. A ceci près qu’ils en oublièrent les fondamentaux et qu’il fallut être naïfs pour croire qu’il suffisait d’élargir sur les côtés pour surprendre en début de partie la défense du troisième de PRO D2. Pour autant, la prise d’initiative eut le mérite de provoquer la première faute Iséroise, un en-avant volontaire de Roland Bernard (1’), et amena la tentative de drop de Frédéric Manca (3’). Mais le buteur Albigeois, en échec sur ses deux premières tentatives, ne parvint pas à concrétiser la domination au score. Au contraire des visiteurs qui, sur leur première incursion dans le camp Tarnais, mettent à la faute leurs adversaires et par la botte de l’ex-Albigeois Blair Stewart prennent le score à leur avantage, 3 à 0 (7’).

En ce début de partie, les Albigeois sont aussi quelque peu contrariés par les annonces très lentes de Monsieur Stefano Penne et ne réussissent pas à imposer leur supériorité en mêlée fermée. Un deuxième ballon perdu, le centre Nigel Hunt s’échappe sur l’aile et passe en touche avant de remettre à Jone Daunuvucu. L’arbitre de touche laisse l’action se dérouler et repartir grand côté. Un nouveau rebondissement et Nigel Hunt est de nouveau au centre de sa ligne pour aller aplatir le premier essai sous les poteaux. C’est allé très vite et cela fait déjà 10 à 0 (12’).

Les Albigeois sont surpris par le mouvement et surtout la vitesse des Grenoblois qui transpercent à nouveau le premier rideau par l’intermédiaire de Johan Dalla Riva. L’arrière, originaire de Carmaux, oublie intérieur son ailier Lucas Dupont … on n’était pas loin du 17 à 0 en faveur de Grenoble (17’).

Albi recherche la solution et va finalement la trouver en se recentrant sur son jeu d’avants et un gros travail préparatoire sur le front. Le vieux guerrier Paul Guffroy sonne la charge du côté droit et donne à Dave Vainqueur. Un point de fixation se crée et, plusieurs temps de jeu plus tard à pilonner la ligne jusqu’à l’autre coin, Maxime Carabignac renverse grand côté jusqu’à Pierre Correia en position de centre pour Michel Denêtre qui n’a plus qu’à se saisir de l’offrande et à plonger dans l’en-but, 7 à 10 (24’).

Albi a alors repris les rennes de la rencontre et obtient une pénalité pour un ballon conservé au sol au niveau de la ligne médiane (31’). Les Albigeois sont redevenus maintenant les maîtres des lieux et imposent un rythme à la rencontre assez proche de celui qu’on observe dans le TOP 14. Ils remettent en position de hors jeu le FC Grenoble. Geoffrey Palis tente et rate le drop sur l’avantage laissé par l’arbitre. Finalement Frédéric Manca égalise sur la pénalité, 10 à 10 (34’). Les charges au près des Albigeois font systématiquement reculer les Grenoblois qui ne reverront le camp Tarnais qu’à la dernière minute avant la pause.

Mi-temps : 10 à 10

On assiste jusque là à un beau match de rugby entre deux très belles équipes qui pourraient bien se retrouver en finale d’accession en fin de saison. La reprise est du même tonneau que le premier acte. Les avants Albigeois mettent déjà le pack Grenoblois sur le reculoir et Frédéric Manca réceptionne une chandelle de Johan Dalla Riva devant ses vingt-deux mètres. La contre attaque s’amorce par Maxime Carabignac qui adresse une petite passe au pied pour Sofiane Guitoune. Le centre Albigeois avait senti le coup et pris le trou, « Penne » perdu … l’arbitre siffle un en-avant imaginaire (41’) et stoppe une action qui aurait pu s’avérer décisive tant l’espace était dégarni devant lui pour aller en terre promise !

Acculés dans leur camp, il n’en reste pas moins que les Isérois sont dangereux sur chacune de leurs actions. Au ras d’un regroupement John Sénio sert Lucas Dupont qui est venu se proposer. L’ailier, face à l’ultime rempart, fait le mauvais choix en jouant le coup de pied par-dessus pour lui-même (48’). Sofiane Guitoune, plus prompt ou Dupont gêné par le repli Albigeois, récupère le ballon derrière sa ligne et éloigne le danger. Albi revient dans le camp adverse et obtient une nouvelle pénalité sur une faute au sol. A une vingtaine de mètres en coin, Maxime Carabignac la joue vite à la main et adresse une passe au pied pour Dave Vainqueur totalement démarqué. Le coup est magnifiquement joué mais le rebond n’est pas favorable et la balle fuit en touche (50’).

Ainsi, Albi ne parvient pas à faire le break et s’en remet dès lors à son artilleur de service pour reprendre un petit avantage. Sur une pénalité venant sanctionner cette fois-ci un hors jeu, Frédéric Manca ajoute trois points, 13 à 10 (53’). Pourtant, sans cesse, les vagues Albigeoises reviennent, bien aidées par un jeu au pied Isérois depuis quelques minutes très approximatif. Frédéric Manca en profite pour tenter le drop (55’) mais tout cela n’est pas suffisamment préparé, trop précipité.

Albi a raté le coche, de sorte qu’avec la fatigue, les deux «équipes deviennent de plus en plus prudentes au fil de la rencontre baissant nettement d’intensité à l’heure de jeu. Moins lucides, les Albigeois se mettent à leur tour plus souvent à la faute comme sur ce plaquage haut sur Blair Stewart ou pour une conservation du ballon au sol. Grenoble en profite pour d’abord revenir à la marque grâce à une pénalité de plus de cinquante deux mètres en coin de Johan Dalla Riva (64’) puis passe devant grâce à la botte efficace et sans pitié de Blair Stewart (66’).

Tout est à refaire pour les Albigeois dans l’obligation de réagir s’ils ne veulent pas connaître pour une troisième fois depuis le début de l’année la défaite sur leurs terres. C’est ce qu’ils font en imprimant à nouveau de longues séquences par leurs avants. Roland Bernard se met à la faute et Frédéric Manca des quarante-cinq mètres en coin égalise, 16 à 16 (71’).

On entre dans le « money time » sans savoir vraiment si un tel résultat avantage les deux équipes. La tension est à son comble, le match peut à tout instant basculer en faveur de l’une ou l’autre des équipes. Albi domine mais les mauls Albigeois progressent plus difficilement et les trois-quarts sont attendus, pour preuve ce plaquage appuyé sur Sofiane Guitoune (75’). Grenoble est contenu dans son camp mais sur une énième chandelle, Albi se loupe à la réception et Kietaka Talasinga file à l’essai. Romain Sola au prix d’un ultime plaquage sur le surpuissant troisième ligne y laisse la cheville et le repli de Sébastien Pages évite le pire (77’). Le match est devenu fou, Laurent Baluc-Rittener assène une dernière charge dévastatrice (78’), Frédéric Manca s’est positionné pour le drop, trop de précipitation encore … peine perdue !

Sore final : 16 à 16

Incontestablement, les deux équipes ont fait honneur à leur rang et on ne voit pas comment Albi et Grenoble ne feraient pas partie du trio de tête en fin de championnat avec aujourd’hui respectivement dix et six points d’avance sur leurs poursuivants que sont l’Union Bordeaux-Bègles et le Stade Montois. Plus que leur avance, la qualité et la force de leur collectif ne souffrent pas aujourd’hui de la comparaison avec celles du LOU. Le combat d’aujourd’hui fut d’une telle intensité que les deux équipes sont bien armées pour rivaliser pour peu qu’elles le veuillent et qu’elles y croient encore.

Car avec une première ligne si combattive et des fers de lance comme Andrew Farley et Altendstadt Hulme, des troisièmes lignes aussi percutants et ayant autant de talent, l’expérience d’un John Sénio et d’un Blair Stewart en confiance, une telle vitesse dans la ligne des trois-quarts … et même si le FC Grenoble ne pourra certainement plus combler les onze points qui le séparent du leader, il peut dores et déjà, et plus deux mois avant l’échéance, se concentrer sereinement dans la préparation d’une demi-finale à domicile.

Quant au SC Albi, à huit jours d’intervalle, il vient de prouver que peu d’équipes seront en mesure de contester la solidité d’un tel édifice dès lors que celui-ci respecte le schéma de jeu de son staff car que serait-il advenu sans ce handicap de dix points au bout d’un quart d’heure ? Quoi qu’il en soit, Albi n’a pas pour l’heure perdu le championnat à l’extérieur et il jouera vraisemblablement son dernier atout au Stade Charles Mathon le weekend prochain face à Oyonnax, des durs à cuire que connaissent si bien les Tarnais … mais c’est le prix à payer pour un exploit et au bout s’offrir encore la possibilité de pousser dans ses derniers retranchements le LOU et pourquoi pas d’y faire peur. Peine perdue ?

Composition du XV de départ du SC Albi : Manca ; Palis, Denêtre, Guitoune, Vainqueur ;(o) Sola, (m) Carabignac ; Clément (cap), Misse, Baluc-Rittener ; Van Der Westhuyzen, Guffroy, Prime, Ponnau, Correia.

Remplaçants : 16 Saby, 17 Frize, 18 Tisseau, 19 Marut, 20 Pages, 21 Fournil, 22 Bowker, 23 Gady.

Entraîneurs : Henry Broncan, Jean-Christophe Bacca.




L' extraordinaire Blachu, dans sa folle chorégrahie



Romain Sola est sorti avec une grosse entorse



Blair Stewart grand animateur du jeu Grenoblois



" Ma che cosa è che il microfono merda ? "




Les autres photos de
Frédéric Chénier



Paul Guffroy à la charge .



Nos joueurs sortent déçus



Thomas Sanchou et Yoan Audrin à Albi ... Juste en spectateurs



D'autres Photos Albifun






















Page d'accueil | Matchs | Supporters | Se distraire | Actu du SCA | Archives | Forum et Tchat | Liens | Plan du site


A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire | albifun@albifun.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu